Joyeux anniversaire à la libéralisation du marché des jeux en ligne ! Alors, le bilan après 5 ans ?

Le temps passe vite quand on s’amuse, et en l’occurrence lorsque l’on s’amuse sur les sites de jeux en ligne en France ! Le mois de juin marque le cinquième anniversaire de la loi sur la libéralisation du marché des jeux de hasard en ligne pour les joueurs et les opérateurs français. Il est grand temps de dresser le bilan. Alors plutôt positif ou négatif ? Nous avons sélectionné les trois points majeurs sur lesquels nous avons constaté des changements importants. Entre nostalgie et progrès notre cœur balance et pas seulement le nôtre, mais celui des nombreux acteurs de ce marché en proie à de nombreux changements (voir la liste en cliquant ici).

Où sont les acteurs du marché ?

L’ARJEL considère qu’après cinq années d’ouverture, le marché français des jeux en ligne reste extrêmement fragile et est bien loin d’être une mine d’or pour l’économie du pays. Vous n’y croyez pas ? Regardons de plus près les statistiques fraîchement pondues par l’ARJEL. A la fin de l’année 2010, le marché français comptait 35 opérateurs. Combien avions-nous d’opérateurs à la fin de l’année 2014 ? 17, quasiment la moitié ! A quoi cela est-il dû ? Et bien tout simplement aux impositions sur les mises et aux taux appliqués sur les produits bruts. Malgré une progression de 38% du produit brut des opérateurs de paris sportifs, les secteurs du poker et des courses hippiques connaissent des difficultés enregistrant respectivement une baisse de -7% et -3% de leur produit brut.

Mission accomplie contre la fraude et le jeu illégal

«Bien que le souci des pratiques illégales soit encore et toujours d’actualité, notamment sur les jeux de cartes, la protection du consommateur reste optimale !»

Depuis 2010, l’ARJEL se félicite d’avoir enfin pu mettre en place des systèmes de surveillance des paris sportifs. Les bookmakers n’étaient alors autorisés qu’à permettre l’émission de paris sur les évènements sportifs disposant d’une couverture médiatique importante, éliminant par conséquent les risques de fraudes. Bien que le souci des pratiques illégales soit encore et toujours d’actualité, notamment sur les jeux de cartes, la protection du consommateur quant à elle reste optimale ! Toutefois, un élément plutôt alarmant reste l’éducation des joueurs vis-à-vis de la législation, puisque deux joueurs sur cinq affirment ne pas connaître le statut légal des sites de jeux en ligne sur lesquels ils sont abonnés.

L’addiction aux jeux en ligne constante

Effrayante pour certains, sans grande surprise pour d’autres, la conclusion tirée concernant les taux d’addiction aux jeux en ligne depuis 2010 est la suivante : sans grand changement. Alors que certains experts envisageaient l’augmentation des taux d’addiction aux jeux, l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES) a déclaré dans son rapport au mois d’avril 2015 que le taux d’addiction des joueurs n’avait pas bougé. En effet, ce sont toujours 0,5% des joueurs qui sont concernés par cette dépendance aux jeux en ligne, soit 200 000 personnes. Aucun souci à se faire, si ce n’est que les joueurs à risques modérés sont en hausse de 2,2%. Un seul mot : vigilance et rendez-vous dans cinq ans !