Les jeux sont faits pour les casinos terrestres de la Côte d’Azur

Les problèmes sont multiples pour les casinotiers de la Côte d’Azur. Certains se cachent derrière les conséquences de la crise économique, d’autres accusent le nombre trop élevé de casinos terrestres dans la région et enfin d’anciens sénateurs reprochent au gouvernement une législation beaucoup trop contraignante. Cependant, tout n’est pas si sombre, puisque certaines enseignes de casinos terrestres sont parvenues à sortir la tête de l’eau. Nous souhaitons vous faire découvrir les hauts, les bas, les gagnants et les grands perdants des casinos terrestres français. Faites-nous confiance, par les temps qui courent, il fait toujours bon à jouer sur les casinos en ligne !

Les déboires du cadre juridique

D’après les différents groupes exploitant des casinos terrestres dans l’hexagone, en l’espace de 5 ans, les revenus des jeux se sont effondrés de 25%, ce qui représente ¼ du chiffre d’affaires des casinos terrestres du paysage français. De multiples raisons sont avancées pour expliquer la chute libre des revenus. Parmi ces raisons, nous retrouvons le modèle économique de la France qui ne semble plus adapté à la gestion de ce marché, les contraintes juridiques et les éternels bras de fer avec les communes dans lesquelles se trouvent les établissements de jeux, sans oublier la crise économique.

«Cependant, bien que la compétition entre les casinos terrestres soit plus ou moins équitable, les casinos arrivent de moins en moins à faire face au succès des casinos en ligne.»

Les casinos n’ont qu’une infime marge de manœuvre et le poids des prélèvements pèse de plus en plus lourd sur les profits des casinotiers. Plusieurs signaux d’alarme ont été envoyés au gouvernement, notamment celui de François Trucy, qui a expliqué dans son dernier mémoire adressé au gouvernement, qu’il était urgent de réformer le cadre juridique qui régit le marché des jeux d’argent dans les casinos.

La lumière au bout du tunnel pour d’autres

Les revenus ont chuté, certes. Toutefois, dans le contexte national, le produit brut des jeux n’aurait baissé que de 2,6% ; c’est une moyenne plus qu’acceptable sur un total de 200 casinos terrestres en France. De plus, certains établissements se portent plutôt bien, et c’est le cas des casinos d’Antibes, de Cagnes et notamment celui de la Rotonde qui rouvre ses portes après plus de 4 ans d’inactivité. Cependant, bien que la compétition entre les casinos terrestres soit plus ou moins équitable, les casinos arrivent de moins en moins à faire face au succès des casinos en ligne.

En effet, les opérateurs d’interfaces de jeux virtuelles connaissent un franc succès auprès des joueurs, et bien que ces derniers soient également en proie au changement des lois relatives à leurs activités, ils bénéficient d’une plus grande marge de manœuvre. De plus, les casinos en ligne ont plus de facilités à se différencier les uns des autres, de par leurs designs et leurs gammes de jeux, mais surtout par leurs bonus, ce que les casinos terrestres ne sont pas en mesure d’offrir.